COP21, 4 steps forwards

C’est historique, pour la première fois à Paris, 195 pays se sont engagés pour le climat.

C’est une excellente nouvelle ! Si les ambitions affichées sont à la hausse : limiter le réchauffement climatique à maximum 2°C, (voire 1,5°C), le chemin pour y arriver reste cependant largement à tracer.

Que contient cet accord ?

1.       + : Un accord ambitieux : maintenir le réchauffement bien en deçà des 2°C (voire 1,5°C)

- : Les moyens mis en place par les pays pour y arriver ne sont pas définis. Les engagements actuels ne sont pas suffisants : ils nous mènent à un réchauffement de 2,7 à 3,5°C.

 

2.       + : Un accord différencié : l’accord est inclusif (tous les pays se sont engagés) et différencié (reconnaissant les réalités différentes de chacun des pays).

- : Trop vague : L’accord parle de « pays en voie de développement » et de « pays développés » sans préciser de quels pays il s’agit. Utilisation de formules comme « dans la mesure du possible », usage du conditionnel, …

 

3.       + : Justice climatique : création d’un fond climatique alimenté à hauteur de 100 milliards $ par an. Celui-ci est destiné aux pays en voie de développement pour faire face au changement climatique.

- : Des pays (comme la Belgique) sont loin de donner autant qu’ils pourraient, et des thèmes essentiels (ex. sécurité alimentaire) ne sont pas repris dans l’accord.

 

4.       + : Un accord contraignant : des mécanismes de révisions réguliers des objectifs de réduction d’émissions ont été mis en place.

- : Pas encore de vrai mécanisme de suivi et de pénalités en cas de non-respect du traité.

 

En résumé, l’accord de Paris est un signal politique et donne un cadre international pour lutter contre le réchauffement climatique. Mais les moyens mis en œuvre pour y parvenir restent encore à définir pour atteindre nos ambitions. Cet accord fera l’objet de nombreuses négociations et interprétations dans les années à venir. Le vrai travail ne commence en fait que maintenant !

Source