L'activité volcanique

Les grandes éruptions volcaniques peuvent influer sur le climat. Si les poussières et les particules de soufre atteignent la stratosphère comme aérosols, elles retiennent la lumière du soleil et les températures diminuent (tout comme les impacts météoritiques). En outre, une grande quantité de CO2, gaz à effet de serre, est libérée.

Un aérosol est un gaz mélangé à des particules liquides ou solides. Les nuages et le brouillard sont des exemples d'aérosols ; ils sont constitués tous deux de fines gouttelettes d'eau dans l'air. À titre d'exemple d'aérosol composé de particules solides, citons la fumée ou un nuage de cendres.

Les aérosols ont un impact direct et indirect sur le climat. L'effet direct relève du fait qu'ils peuvent absorber ou réfléchir le rayonnement du soleil. La conséquence indirecte est due au fait que l'eau peut se condenser sur les particules aérosols et influencer ainsi la formation de nuages.

À titre d'exemple, citons l'éruption du volcan Pinatubo aux Philippines en 1991. Cette dernière a engendré une stagnation du réchauffement du climat pendant 2 ou 3 ans.

Bien que le nuage de gaz de l'éruption de l'Eyjafjallajökull en 2010 ait paralysé l'espace aérien européen, il n'est ici nullement question d'influence sur le climat. Ce volcan a dégagé 140 millions de mètres cubes de gaz et de poussières dans l'atmosphère, alors que l'éruption du Pinatubo a libéré 100 fois plus de matière. En outre, le nuage de cendres n'a pas été projeté suffisamment haut en altitude.