Les hommes et le climat

Au cours de l'histoire de la Terre, il y a toujours eu des changements climatiques (Histoire du climat). Néanmoins, l'augmentation actuelle de la quantité de gaz à effet de serre (principalement de CO2) et de la température globale moyenne dans l'atmosphère sont inégalées. La température globale moyenne a augmenté de 0,85°C depuis 1880. Il s'agit d'une augmentation exceptionnellement rapide. Depuis la fin de la dernière période glaciaire,  donc durant plus de 10 000 ans, la température globale est restée relativement stable.

La plupart des scientifiques s'accordent à dire que le réchauffement actuel de la Terre est la conséquence de l'augmentation des gaz à effet de serre (principalement le CO2) dans l'atmosphère due à l'activité humaine. La révolution industrielle à la fin du 18e siècle et l'invention du moteur à combustion interne en 1867 ont sonné le début d'une ère où l'homme allait brûler à grande échelle des combustibles fossiles comme la houille, l'essence, le diesel, le mazout et le gaz naturel. Ceci libère beaucoup de CO2 dans l'atmosphère. Ainsi, l'homme a provoqué une augmentation de la concentration en CO2 dans l'atmosphère de 280 ppm (parts per million ou parties par million) en 1850, à environ 400 ppm aujourd'hui. Cela représente une augmentation de près de 40%.



En raison de l'activité humaine, les émissions de CO2 dans l'atmosphère dépassent le stockage naturel du CO2 (dans les océans et la biomasse). De ce fait, l'équilibre naturel du cycle du carbone est perturbé. Ces concentrations accrues de gaz à effet de serre dans l'atmosphère renforcent l'effet de serre naturel et on appelle cela l'effet de serre anthropique ou additionnel. Étant donné l'effet isolant thermique de l'atmosphère, on obtient une augmentation de la température moyenne de la Terre et un changement climatique mondial.

Le dernier rapport du GIEC affirme avec force que le changement actuel du climat est un fait scientifique établi et ne peut plus être nié. Les scientifiques ont fixé un seuil critique qui fait que l'augmentation mondiale de la température doit rester sous les 2°C pour limiter le changement climatique.