L'ozone

En ce qui concerne l'ozone (O3), il est important de faire la distinction entre l'ozone à différentes altitudes. Dans la troposphère, l'ozone est un gaz à effet de serre qui est nocif pour l'homme et la nature en cas de fortes concentrations. C'est la raison pour laquelle on annonce parfois le taux d'ozone dans l'atmosphère. Ceci se produit généralement en été, lorsqu'il y a peu de vent et beaucoup de soleil. Le taux d'ozone est une alerte au smog.

Par contre, l'ozone est doté d'une fonction protectrice dans la stratosphère. Il protège la vie sur Terre notamment contre le rayonnement ultraviolet du soleil. Sans la couche d'ozone, la vie actuelle sur Terre n'aurait même pas été possible.

La majeure partie de l'ozone se compose d'une couche située à entre 15 et 45 kilomètres d'altitude. L'épaisseur totale de la couche d'ozone est d'environ 15 kilomètres. En 1985, les scientifiques ont découvert un trou dans la couche d'ozone. La couche d'ozone est dégradée par les chlorurofluorurocarbones (CFC). Le trou se situe au-dessus de l'Antarctique parce que la dégradation de l'ozone est favorisée par le froid.

Depuis que l'usage des CFC a été interdit à l'échelle internationale via le Protocole de Montréal en 1987, la quantité de CFC dans l'atmosphère diminue, mais la couche d'ozone ne présente pas encore de signes clairs de réparation. On s'attend à ce qu’elle se reconstitue vers 2050.

Par le biais de processus complexes, le trou dans la couche d'ozone influence le climat, et à l'inverse le climat influence la dégradation et la réparation de la couche d'ozone.