L'ours polaire

Vidéo

L'ours polaire face au réchauffement des pôles

La population actuelle d’ours polaires dans les zones du pôle Nord est d'environ 25 000 individus. Outre les dangers directs (chasse illégale et occupation de son territoire par l'homme) et les dangers indirects (pollution de l’environnement qui affaiblit son système immunitaire), l'ours polaire est confronté à un danger encore plus dévastateur : le réchauffement climatique.

À partir des premiers jours d'hiver jusqu'à la fin du printemps, l'ours polaire sillonne la banquise à la recherche de phoques qui constituent l'élément principal de son régime alimentaire. Un ours polaire adulte consomme en moyenne 43 phoques par an, qu'il transforme en 200 kilos de réserves corporelles. Dans une grande partie des régions arctiques, la banquise fond en hiver, de sorte que l'ours polaire est forcé de reculer vers le continent où il tient jusqu'à l'hiver suivant privé de phoques.

En raison du réchauffement de la Terre, non seulement la superficie totale de la banquise diminue, mais la partie restante commence à se former de plus en plus tard et à dégeler de plus en plus tôt. La saison de chasse des ours polaires est ainsi également écourtée. Par conséquent, ils ne parviennent plus à constituer les réserves nécessaires pour tenir jusqu'à l'hiver suivant. Dans certains cas, les ours polaires finissent par dériver sur des morceaux de banquises qui se sont détachés. L'ours doit alors fournir un effort physique considérable pour rejoindre d'autres morceaux de banquise où il pourra continuer à chasser. Ceux qui sont déjà affaiblis par une saison de chasse trop courte risquent donc de se noyer.