Le stockage de CO2

Le stockage du CO2 consiste à capter le CO2 qui se libère lors des processus de combustion (comme lors de l’utilisation des carburants fossiles) avant qu’il ne se répande dans l’atmosphère. On le stocke ensuite, par exemple, dans des champs gaziers vides ou même dans les fonds marins. On évite ainsi que le CO2 devienne un gaz à effet de serre et contribue aux changements climatiques. Cette technique récente peut également être appliquée dans d’autres processus industriels où beaucoup de CO2 est libéré, par exemple lors de la production d’acier ou d’engrais artificiel.
Actuellement, le stockage du CO2 n’est pas encore appliqué à grande échelle. Mais on prévoit qu’il le sera dans les prochaines années. Le stockage du CO2 n’est pas « la » solution au problème climatique, mais plutôt une solution intermédiaire pour gagner du temps jusqu’à ce que des techniques plus durables soient développées.

Si le stockage du CO2 paraît intéressant pour rendre les techniques existantes plus écologiques en termes d’émission de CO2, il s’accompagne d’inconvénients.
  • Il faut prévoir une grande infrastructure pour capter et stocker le CO2.
  • Le stockage du CO2 coûte beaucoup d’énergie.
  • Il y a des risques éventuels de libération du CO2 dans la mer et dans l'athmosphère.
  • On peut se demander qui est responsable du CO2 stockés à long terme.
Enfin, les efforts consacrés au stockage du CO2 peuvent être effectués au détriment du développement de sources d’énergie durable.