Moins de viande

Vidéos

Bio-planet en action

Saint Nic et Fouettard mangent moins de viande

Environ 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont dus à l’élevage du bétail. C’est plus que toutes les voitures, tous les avions et bateaux réunis. Cela signifie aussi qu’il est possible de réduire considérablement les émissions en incitant massivement la population mondiale à adopter un régime alimentaire moins riche en viande.

Comment arrive-t-on à ces 18 % ? Ils englobent aussi bien les émissions directes (gaz méthane des paysans, flatulences des vaches et gaz hilarant du fumier) que les émissions indirectes de gaz à effet de serre. Il faut aussi défricher des surfaces gigantesques de forêts tropicales pour créer de nouveaux pâturages et terres de culture pour nourrir ce bétail. La déforestation et la transformation des terres libèrent beaucoup de gaz à effet de serre, notamment par la combustion du bois.

Notre grande consommation de viande conduit également à consacrer une part importante des récoltes de céréales et de soja à l’alimentation du bétail. 40 % de toutes les céréales produites dans le monde et 80 % de tout le soja servent à cela. En outre, la production de viande n’est pas très efficiente : il faut en moyenne 7 kg de céréales pour produire 1 kg de viande. Nous pourrions donc nourrir davantage de gens si nous mangions moins de viande.

Une alimentation végétarienne ou pauvre en viande n’est pas seulement bonne pour l’environnement. Elle est également plus saine. Elle contient moins de graisses animales et de cholestérol, plus de fibres et est constituée en grande partie de fruits et de légumes. Une consommation excessive de viande accroît le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers, d’obésité et de diabète.
 
Le site internet www.journee-sans-viande.info explique qu’il est très facile de passer une journée sans consommer de viande, qu’un repas végétarien ne se compose pas nécessairement de tofu et de cubes de quorn et que le nombre d’adeptes va croissant. Si on mange un cheeseburger par exemple, cela équivaut, en termes d’émissions de gaz à effet de serre, à rouler 15 km en voiture. Manger une portion de lentilles équivaut seulement à mettre le moteur de la voiture en route… Une journée par semaine sans viande prend donc tout son sens.