Comment nous nous déplaçons

Vidéos

Saint Nic et Fouettard ne prennent plus l'avion

La STIB passe à l'action

Le transport est responsable, au niveau mondial, de 14 % des émissions de gaz à effet de serre. Le transport routier y participe à hauteur de 70 % !  La Belgique compte actuellement 7 millions de véhicules immatriculés, dont 80 % de véhicules particuliers. La part du transport routier dans les émissions totales de gaz à effet de serre en Belgique s’élevait à 21 % en 2012. Depuis 1990, ces émissions ont progressé de près de 31 %. Et cette tendance se poursuivra à l’avenir dans la mesure où le nombre de véhicules ne cesse d’augmenter sur nos routes. En outre, les gens parcourent de plus en plus de kilomètres chaque année.

© Michael Buckley / WWF-Canada
Si le transport en voiture semble inévitable, encore faut-il bien choisir son véhicule. C’est-à-dire une voiture économe en carburant et émettant peu de CO2. Le style de conduite détermine également la consommation et les émissions. Le site internet www.e-positief.be/fr de la fédération belge de l'Industrie de l'Automobile et du Cycle FEBIAC  et de l'organisation DrivOlution, propose des conseils pour une conduite plus écologique et économe.

Pour les courtes distances, il existe beaucoup de solutions alternatives à la voiture : par exemple, la marche ou le vélo. Environ 20 % des déplacements en voiture font moins de 3 km ! Et dans ce pays accablé par les embouteillages, les transports en commun sont également un excellent choix, qui permet de réduire considérablement les émissions de CO2 par personne (par rapport à la voiture).

Le transport aérien représente 2 % des émissions totales de gaz à effet de serre, dont 40 % pour le transport de personnes. Cela ne paraît pas tellement important, mais l’aviation est un secteur à forte croissance. En outre, comme les émissions de CO2 se produisent à haute altitude et non pas au niveau de la mer, leur effet est quatre fois plus nocif.
Seuls 5 % de la population mondiale ont déjà pris l’avion. Si tout le monde adoptait ce mode de transport, la terre ne le supporterait pas. Et pourtant, en vertu du principe de l’égalité des chances, chacun y aurait droit…

Un exemple chiffré. L’émission de CO2 moyenne d’un Belge pour sa mobilité est de 3 125 kg par an. Un voyage en avion à New York représente à lui seul 3 880 kg de CO2 par personne. Il va donc de soi que ce type de transport a un impact considérable. Les émissions de CO2 d’un voyage en avion à New York équivaut environ à 20 000 km de conduite en voiture (consommant 6 l/100 km).